La décision du Parlement belge de tolérer le négationnisme est inacceptable

Brussels, 29 April 2019

La décision du Parlement belge de tolérer le négationnisme est inacceptable

Lors de sa séance plénière du 24 et 25 avril 2019, la Chambre des Représentants de Belgique a discuté et adopté une loi qui, entre autres, sanctionne le négationnisme des génocides tels que le génocide contre les Tutsis au Rwanda et les massacres de Srebrenica. Malgré les efforts de la communauté arménienne de Belgique et de plusieurs parlementaires et spécialistes du domaine, le texte adopté n'inclut pas la pénalisation de la négation du génocide des Arméniens. En effet, la Belgique a officiellement reconnu le génocide des Arméniens à trois niveaux : la Chambre des représentants, le Sénat et le Gouvernement à travers la déclaration officielle du Premier ministre Charles Michel.

"La décision du Parlement belge d'exclure le génocide des Arméniens de la loi est inacceptable et profondément décevante. Les conditions préalables à la pénalisation de la négation du génocide des Arméniens étaient réunies et il était possible de suivre l’exemple d'un certain nombre de pays européens. Tolérer le déni encourage forcement les régimes autoritaires, comme celui d'Erdogan, et peut malheureusement donner le feu vert à l’expression des sentiments xénophobes anti-arméniens", a déclaré Kaspar Karampetian, président de la Fédération Euro-Arménienne pour la Justice et la Démocratie (FEAJD).

Karampetian a détaillé son propos : "Il est regrettable de constater que la majorité de la Chambre a fait la sourde oreille à l'opinion publique, aux nombreux articles publiés dans les principaux médias belges, à la demande des militants des droits de l'homme et aux amendements des différents parlementaires, dont nous apprécions grandement l'engagement envers la justice".

"Tout cela signifie, qu'avec la communauté arménienne de Belgique, nous redoublerons certainement d'efforts pour exiger justice pour les victimes innocentes et les descendants des survivants du génocide des Arméniens. Au lendemain des prochaines élections, nous travaillerons en étroite collaboration avec le nouveau Parlement belge afin de remettre à nouveau cette question à l'ordre du jour", a conclu le président de la FEAJD. 

Fédération Euro-Arménienne pour la Justice et la Démocratie

The decision of the Belgian Parliament to tolerate denialism is unacceptable

During its plenary sessions of 24-25 April 2019 the Chamber of Representatives of Belgium discussed and adopted a law which among other issues penalizes the denial of genocides such as the genocide against Tutsis in Rwanda and the Srebrenica massacres. Despite the efforts of the Armenian community of Belgium and several members of the parliament as well as specialists of the field, the adopted text did not include the penalization of the denial of the Armenian genocide. As a matter of fact, Belgium has officially recognized the Armenian genocide on three levels: the Chamber of Representatives, the Senate and the Government, via the official statement of Prime Minister Charles Michel.

"The decision of the Belgian Parliament to exclude the Armenian genocide from the law is unacceptable and deeply disappointing. The prerequisites for the penalization of the denial of Armenian genocide and thus following the example of a number of European countries were there. Tolerating denialism certainly encourages authoritarian regimes, such as that of Erdogan and unfortunately this can give green light to xenophobic anti-Armenian sentiments," stated Kaspar Karampetian - the president of the European Armenian Federation for Justice and Democracy (EAFJD).

Karampetian further elaborated: "It was regretful to see how the majority of the Chamber turned deaf ear to the public opinion, numerous articles published in Belgium’s top media, to the demand of human rights activists and to the amendments of various parliamentarians, whose commitment to justice we highly appreciate".

"All this certainly means that together with the Armenian community of Belgium we will reinforce our efforts demanding justice for the innocent victims and the descendants of the survivors of the Armenian genocide. After the upcoming elections we intend to work closely with the new Belgian Parliament and bring the issue back on the agenda", the EAFJD president concluded.

European Armenian Federation for Justice and Democracy

 


Share this article